Soutien psychosocial

Les suivis psychosociaux consistent à aider et soutenir le patient à faire les démarches nécessaires pour régulariser sa situation administrative, sociale, judiciaire, familliale…

La guidance sociale peut être introduite de deux manière : soit elle est sollicitée par le médecin, soit elle est directement établie entre le travailleur social et le patient.

Après que la première rencontre avec le patient ait abouti à sa prise en charge médicale, après que quelques entretiens de guidance sociale aient si nécessaire abouti à la mise en ordre de sa situation sociale, le plus difficile reste bien entendu à faire…

Tout ce travail n’a pas pour objet de prendre les problèmes du patient en charge mais bien lui rendre l’initiative en l’aidant à mobiliser ses potentialités et sa capacité à les résoudre. Nous initions, avec lui, un processus d’autonomisation en mettant à sa disposition nos ressources d’intervenants sociaux. Nous avons toujours veillé à favoriser l’implication et l’appropriation, par le patient, de son propre devenir. Nous ne cherchons pas non plus à nous substituer au réseau traditionnel d’aide. Au contraire, nous n’avons cessé de favoriser l’accès des toxicomanes à ces services généralistes dits de “première ligne”. Nous le mettons, pour chaque problème, en contact avec les services appropriés et nous le soutenons dans ses démarches en faisant avec lui, le plus régulièrement possible, le point. Ainsi, cette mise en contact avec le dispositif traditionnel d’aide et de soins et son utilisation le familiarise avec ce réseau et contribue à l’autonomisation et à la réinsertion.

Pour un certain nombre de cas, le médecin est amené à demander la collaboration d’un assistant ou/et d’un psychologue. Au niveau psychologique, les prises en charge par un psychologue se font soit au sein du RAT ou par un centre de santé mentale. Par contre, le travail avec les assistants sociaux se font au sein du RAT. Ce travail peut prendre différentes formes en fonction de la demande.